L'éternel recommencement, l'infiniment désolant, pour nous, pour les autres, souvent à cause d'eux...les autres, de ceux dont l'attirance nous repousse, les autres, les nôtres...perpétuel rappel de soi...le passé omniprésent parce qu' il sera le futur, rien ne changera...rien ne peut changer..même pas s'échanger...le tumulte des maux n'a d'égal que le silence de la souffrance matérialisé par quelques lignes froides d'une ordonnance.